samedi 19 novembre 2011

La poste toujours plus proche de nous ki disent...





A la poste ce matin. Le samedi c’est bondé. Dans mon quartier plutôt populaire à tendance couleur de peau mate, voir ultra mate, on se presse aux guichets. Petite poste. Pas beaucoup de place. Ca change de celle de mon ancien quartier de bobos. Les postiers ne sont pas particulièrement aimables. Ils changent tout le temps. Il y a beaucoup d’usagers qui ne parlent pas le français ou mal. Ils envoient des paquets ou de l’argent dans leurs pays à leurs familles. Je trouve que souvent on n’est ni très aimable ni très patient à leur égad. Pour ne pas dire on leur parle comme à des merdes. Et ils ne répondent pas, puisqu’ils font avec l’impatience des fonctionnaires.
J’ai des recommandés et des chèques à déposer. Je mets ma lutine dans la file des recommandés pendant que je remplis mon bordereau de chèques pour mettre dans la boîte. Puisque désormais, on se débrouille seul pour déposer ses chèques.
Mais j’ai juste un feutre pour remplir mon bordereau. Le premier stylo est occupé par un bébé qui s’amuse, j’en prends un autre qui n’écrit pas. J’emprunte le stylo au bébé mais il ne veut pas écrire non plus.
Je me faufile dans la file pou arriver devant le postier homme pas souriant et lui demander si je peux prendre le stylo de son guichet. Il n’écrit pas. Je demande à la postière femme pas souriante mais son stylo à elle non plus ne fonctionne pas. Et elle a juste besoin du stylo qui est posé à côté d’elle et qui lui fonctionne. Elle me demande d’en emprunter un à quelqu’un dans la poste et de reculer car je viens de dépasse la zone de confidentialité. Personne n’est venu avec sa trousse. Je refranchis donc la zone de confidentialité pour demander si tout de même il ne serait pas possible d’envisager d’avoir le privilège d’obtenir un stylo pour juste remplir le bordereau de chèque et après je le rends.
 Réponse : Je vais aller vous en chercher un mais ici ce n’est pas une papeterie !
C’est pourtant ce que je pensais depuis un bon moment. Depuis que quand je rentre dans une poste j’affranchis moi-même mes lettres, j’encaisse moi-même mes lettres, je les pèse, et je les mets moi-même dans la boîte. Et si je veux de l’argent je fais un retrait carte. Par contre je peux acheter au guichet des carnets, des agendas, des calendriers, des livres, des photos, des cartons d’emballage, des dvd, du papier à lettres et des cartes d’anniversaire, j’ai même vu des colliers dans certains bureaux mais je n’ai pas trouvé de pain, alors j’ai pensé que c’était une papèterie !
En tout cas j’ai fini par avoir mon stylo, non sans me disputer avec la postière, parce que moi j’ai le vocabulaire qui me permet de me défendre, et que je ne veux pas me laisser parler comme à une merde.
J’ai rempli mon bordereau, j’ai passé le stylo à un africain qui m’a déclaré ne pas oser aller en réclamer  un … Puis je suis allée le reposer devant la postière en la remerciant de sa grande amabilité.
Parfois il y a des claques qui se perdent…

2 commentaires:

  1. On m'avait déjà parlé de la dégradation des services de la poste dans les coins "populo" :(
    Comme tu dis, y a des baffes qui se perdent, et la poste a sacrément changé de métier (moi j'ai jamais vu de pain, mais j'ai déjà vu des gâteaux pour touristes !)

    RépondreSupprimer